Pastiche

Publié le par BRAIDA

A la gloire de Rimbaud, Lorand Gaspar et les autres, 
Les inconnus, les oubliés, les mal aimés, paumés, égarés
Dans les rues entre chien et loup
Dans l'atmosphère tiède de fin d'été 
Juste à l'angle d'une rue et d'un bar 
Musique catalane
Mais regrets parisiens

Il dit : "Des peaux-rouges criards les avaient pris pour cibles,
Teignant tout à coup les bleuités, délires
Et rythmes lents sous les rutilements du jour, 
Plus forte que l'alcool, plus vaste que nos lyres, 
Fermentent les douceurs amères de l'amour".

Il entre, paye un café
La vie reprend
Entre vents et vents
Souffle ardent des rivages de la carrer del Masnou

Le regard n'est pas loin.

L'amour évanescent

Il le sait
Parle pour ne pas l'entendre

La nuit est tombée.
(la suite sera proche)

Publié dans Hommage à Rimbaud

Commenter cet article