A la mémoire de SENGHOR

Publié le par BRAIDA

Léopold Sédar Senghor, Sénégalais de naissance, français de coeur et de culture, s'est profondément impliqué et engagé pour le respect des hommes.
Il a écrit le poème ci-dessous que je dédicace à tous les amoureux de la liberté humaine et du rêve de Beauté.

Chant du feu

 

Feu que les hommes regardent dans la nuit, dans la nuit profonde,

Feu qui brûles et ne chauffes pas, qui brilles et ne brûles pas,

Feu qui voles sans corps, sans cœur, qui ne connais case ni foyer,

Feu transparent des palmes, un homme sans peur t’invoque.

Feu des sorciers, ton père est où ? Ta mère est où ? Qui t’a nourri ?

Tu es ton père, tu es ta mère, tu passes et ne laisses traces.

Le bois sec ne t’engendre, tu n’as pas les cendres pour filles, tu meurs et ne meurs pas.

L’âme errante se transforme en toi, et nul ne le sait.

Feu des sorciers, Esprit des eaux inférieures, Esprit des airs supérieurs,

Fulgore qui brilles, luciole qui illumines le marais,

Oiseau sans aile, chose sans corps,

Esprit de la Force du Feu,

Écoute ma voix : un homme sans peur t’invoque.

 

                               Léopold Sedar  Senghor

Publié dans AU COEUR DU 20°

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article