Métarachnide

Publié le par Océane

Elle est là,
non plus recroquevillée, à-demi cachée, prète à me tétaniser
mais en moi.
Elle s'empare de mon corps.
Elle en fait son refuge, siège du Mal, de la colère devenue violence.
Elle prolonge mes membres de ses pattes noires et velues : elle veut ma mort, me rendre folle.

L'agneau ne fait plus le poids.

Il est happé par le monstre.
Seules son buste frêle se débat pour en réchapper et gigote pour se refugier et imposer l'Amour.

Le combat est inégal, plutôt inexistant. On ne se bat pas contre-soi même dans tous les cas on est perdant.

Elle doit évacuer mon corps, en sortir, et ne pas avoir le temps de fuir qu'elle sera broyée, ratatinée, détruite

à jamais.

C'est la seule voie, le seul Salut

Publié dans Ame sombre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article