DEFINIR LA POESIE

Le mot "poiesis", "poièma", signifiait en GREC "fabriquer, construire, créer, produire" "qui concerne la fabrication".

 

En LATIN, "poièma" devient le mot "poema" mais on emploie surtout "carmina", "les vers" de canere "chanter".

 

 

Poésie n'apparait qu'en 1213 à propos de la poésie latine et prend le sens actuel au 16° siècle pas avant : l'art de la fiction.

 

1812 BOISTE : "Art de faire des ouvrages en vers"

 

1874 LITTRE : "Qualités qui caractérisent les bons vers et qui peuvent se trouver ailleurs que dans les vers. [...] Poésie du style, richesse, hardiesse, coloris, soit dans les vers soit dans la prose".

 

1962 ROBERT : "Art du langage qui, associé à la versification vise à exprimer ou à suggérer qqc au moyen de combinaisons verbales ou le rythme, l'harmonie et l'image ont autant d'importance ou plus que le contenu intelligible lui-même".

 

1963 GRAND LAROUSSE : "Art des vers par opposition à la prose, d'évoquer de suggérer des sensations, des impressions, des émotions par l'union intime des sons, des rythmes..."

 

 

 

Ce qui nous conduit à la conclusion d'Alain Frontier, de Jean Pierre Richard ou tout autre experts de ce genre : il n'existe pas une mais des définitions.

Toute poésie met en jeu une liberté ; l'analyser implique d'abord de respecter ce droit de l'auteur à n'être pas compris et à replacer le texte dans une époque, un contexte.

Elle a un tel pouvoir qu'elle a été liée à la politique (autre page...)

 

Pour moi elle est "cette hésitation prolongée entre le son et le sens"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :